Conjuguer travail et école à 18 ans
Date: 7 décembre 2008 à 23:19:06
Sujet: Sante


Avoir 18 ans et travailler pendant ses études, c’est renoncer à des temps de loisirs, développer une expérience de travail mais aussi s’exposer à des risques. Devant composer avec davantage de contraintes organisationnelles et physiques dans leur emploi que les travailleurs plus âgés, les jeunes sont souvent victimes de lésions professionnelles. Le *****ul travail-école et les contraintes auxquelles les jeunes doivent faire face ont un impact à la fois sur leur persévérance scolaire et sur leur santé et leur sécurité. C’est ce que démontre une nouvelle étude menée par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) sur les conditions de travail et d’emploi d’une cohorte de jeunes de 17-18 ans. Cette étude brosse notamment un portrait des caractéristiques des emplois occupés par les jeunes, des contraintes organisationnelles et physiques auxquelles ils sont exposés lors de leur travail.

Portrait de jeunes travailleurs
La témérité et le manque de formation des jeunes travailleurs sont souvent montrés de doigt pour expliquer le fait qu’ils présentent un risque accru d’accident de travail. Cependant, en menant une enquête auprès 229 jeunes occupant au moins un emploi, les chercheurs ont constaté que d’autres facteurs, telles comme les conditions d’insertion en emploi, d’exercice du travail ainsi que les conditions d’emploi concourent davantage à la plus grande vulnérabilité des jeunes travailleurs. Les jeunes travaillent surtout dans de petites entreprises et dans le secteur des services. Ils occupent des emplois qui les exposent à des nombreuses contraintes : horaires irréguliers, horaires de nuit, travail répétitif, manipulation d’objets lourds, bruit, vibrations des machines et des outils, etc. Ces conditions favorisent l’émergence de troubles musculo-squelettiques, de fatigue et de risques accrus de lésions professionnelles chez les jeunes travailleurs.

Résultats
Près de deux jeunes sur trois ayant occupé un emploi déclarent avoir souffert de douleurs au dos, 45% au cou et à la nuque et 39% des jeunes travailleurs ont eu des problèmes aux membres inférieurs. Les résultats suggèrent donc que les douleurs au dos se développent assez tôt dans le parcours professionnel des jeunes. Près du tiers des répondants déclarent que leurs douleurs limitent leurs activités. Toutefois, les jeunes travailleurs n’établissent pas nécessairement de liens entre ces douleurs et l’emploi qu’ils occupent. Entre 2000 et 2002, les jeunes représentaient 12% des travailleurs québécois, mais plus de 19 000 lésions ont été annuellement observés pour ce groupe d’âge, ce qui constitue 17% de l’ensemble des lésions indemnisées par la CSST



Cette étude peut être téléchargée sans frais : http://www.irsst.qc.ca/files/do*****ents/PubIRSST/R-560.pdf






Cet article provient de Annuaire pour la promotion de la Securite au Travail et Environnement
http://www.apste.com

L'URL de cet article est:
http://www.apste.com/modules.php?name=News&file=article&sid=81